Rencontre à la comédie

Le jeudi 15 février à 18h, nous sommes allés à la comédie de Saint Etienne pour voir les répétitions de la pièce de théâtre « FORE ». Cette pièce franco-américaine est plutôt contemporaine, c’est-à-dire qu’elle tente de modifier la conscience du spectateur, ici la vision de la lutte du pouvoir dans notre société. Elle a été écrite dans un contexte où Trump a été élu ainsi que lors des attentats de Charlie Hebdo.

IMG_2167IMG_2168

Fore-Arnaud-Meunier-g®n®rale-BD-@Sonia-Barcet015-300x300Nous avons assisté à environ 30 minutes de répétitions où on a pu observer plusieurs fois la même scène. Et même si le texte ne changeait pas, les façons de jouer des acteurs, les reprises par le metteur en scène ont rendue chaque scène unique. On pouvait clairement voir la différence après les conseils du metteur en scène même si j’ai trouvé pour ma part, que la première prise était meilleure puisqu’elle était plus naturelle, instinctive. J’ai juste trouvé dommage que la scène répétée soit une scène se trouvant vers la fin, puisque du coup on ne connaissait pas l’histoire et c’était compliqué de comprendre de quoi il était question. Après la répétition, le metteur en scène ainsi que les comédiens ont pu répondre à une dizaine de question sur la pièce.

Le metteur en scène, Arnaud Meunier, nous a tout d’abord dit qu’il avait utilisé la technique de l’écriture de plateau, c’est-à-dire qu’il utilise beaucoup le plateau, ce qui demande une grande implication de la part des comédiens. Ils doivent se mettre en jeu, en improvisation, se rencontrer, et imaginer des situations.

Etant une pièce franco américaine qui a vu le jour à Los Angeles, la question de la barrière de la langue s’est posée. Les jeunes comédiens sont diplômés seulement depuis juin et viennent d’un peu  partout, que ce soit Hong Kong, Taïwan… Il a donc fallu que tout le monde parle couramment anglais puisqu’ils ont travaillés dans cette langue. Ces comédiens ont répétés pendant deux mois ensemble à Los Angeles, mais ont été séparé au début pendant deux semaines, les comédiens français d’un côté et les comédiens américains de l’autre.

Dans cette pièce, un détail nous a tous plus ou moins surpris : un des personnages était dévêtu. C’est une des improvisations du comédien qui trouvait que cet habillement correspondrait à son rôle. En effet, il joue un pilote qui tombe sur terre. Il ne sait plus qui il est ni où il est et même s’il est vivant. C’est une question existentielle puisqu’il est question de vie et de mort, le fait qu’il soit nu, lui a paru logique.

On s’est tous, déjà demandé si les comédiens, les acteurs étaient stressés avant de jouer une scène. Et bien, généralement ce trac est présent lors de représentations mais pas tellement aux répétitions et puis cela dépend totalement du caractère des comédiens. Mais ce stress peut également être pour eux un moteur, agir comme de l’adrénaline et leur donner de l’énergie.

Cette pièce a un message clairement politique, voir militaire. On met en opposition une société contemporaine contre une société oppressée, cette opposition étant en parallèle avec ce qui se passe aujourd’hui dans le monde. La pièce cherche à nous ouvrir, à nous faire nous poser des questions qu’on ne se pose pas forcément, mais en aucun cas elle ne nous dit quoi penser. Elle nous donne seulement la possibilité d’ouvrir les yeux et de réfléchir par nous-mêmes. Il est donc clairement question d’empowerment, c’est-à-dire lorsqu’on donne davantage de pouvoir aux individus pour agir sur leurs conditions de vie. Ici on veut faire ouvrir les gens sur la politique de notre société. Cette pièce a vu le jour lors de l’affaire Fergusson où un jeune noir a été tué par un policier blanc, ce qui démontre bien le racisme aux États-Unis, ainsi que par la suite l’attentat de Charlie Hebdo en France en 2015. Cette pièce nous interroge clairement sur notre passivité face aux choses graves.

Le titre a été choisi en conséquence puisque FORE au golf signifie, attention ! Gare ! On averti ainsi les joueurs avant le choc lorsque la balle part au mauvais endroit. Ici cela signifie le danger immédiat : Lorsque le poétique croise le politique. Avant ce titre d’autres ont été proposé comme « Gap » ou « At war » mais « Fore » a été choisi pour son côté plus énigmatique.

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Massages - formations |
Rab de fevrier |
Les bons plans de Julien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fse1719
| Fairy Dreams
| If You Want To Be A Winner,...